Il achète le dessin de son fils pour 30 000 euros

derndessin-compressor

Un père heureux, un enfant comblé et une œuvre majeure. Chez les Goinfron, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.


Paul Goinfron, artiste en devenir ? Le petit garçon de 4 ans à la mine facétieuse suscite l’admiration de son père, Bernard. Cet architecte parisien n’a pas hésité à mettre la main à la poche ce jeudi, pour acheter le dessin de son fils. « Je lui en ai proposé 30 000 euros. Honnêtement, ça les vaut », estime Bernard. « Ma femme pense que ce n’est qu’une vulgaire croûte. J’y vois bien plus que ça ».

Il faut dire que Bernard ne manque pas de références pour juger l’œuvre de son fils. « Prenez ce chien rose, par exemple. On dirait du Jeff Koons couché sur papier ! Je ne vous parle même pas de ces fleurs multicolores. Il y a du Takashi Murakami là-dedans ou je ne m’y connais pas ». Ne reculant devant aucune audace, le petit garçon a même rajouté des couleurs vives aux visages de ses personnages. « On dirait du Andy Warhol sous acide. C’est du pur génie, et je ne dis pas ça parce que c’est mon fils ! »

« Des évocations subtiles »

Pour le commun des mortels, rien ne ressemble plus à un dessin d’enfant qu’un autre dessin d’enfant. Bernard, lui, ne l’entend pas de cette oreille : « C’est une œuvre bien plus aboutie, avec des évocations subtiles au cœur de notre contemporanéité ». Mais encore ? « Prenez cet escargot dans sa coquille. Il symbolise à lui tout seul ce poids qui pèse sur nos épaules à l’aune de nos existences ». Seule ombre au tableau pour Bernard, cet escalier grisâtre, dont il n’arrive pas à saisir la portée. « Il conduit peut-être à des lendemains qui chantent. Je ne sais pas, je ne sais plus ».

Et Paul dans tout ça ? Interrogé par nos soins, le petit garçon n’a pas boudé son plaisir : « Je suis allé déposer le chèque à la banque ce matin. Je vais pouvoir mettre des sous de côté. J’aimerais bien emménager avec ma copine l’an prochain ».

 

Publicités

6 commentaires

  1. L’art contemporain devrait remplacer toutes ces vieilles œuvres ringardes dans nos musées. Place aux jeunes capables dans ce magnifique monde de l’instantané et du virtuel de créer un chef d’œuvre en 30 secondes.

    J'aime

  2. L’art contemporain devrait remplacer toutes ces vieilles œuvres ringardes dans nos musées. Place aux jeunes capables dans ce magnifique monde de l’instantané et du virtuel de créer un chef d’œuvre en 30 secondes.

    J'aime

  3. Les goûts et les couleurs, ca ne se discute pas. Et je pense aussi que ca les vaut. Un artiste en herbe ce Paul Goinfron !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s