Il se fait montrer du doigt pour avoir prononcé “quoi” à la place de “what”

FINQUOI-compressor
Crédits : Pixabay, CC0.

Joris Fonflecourt a eu la brillante idée de se tirer une balle dans le pied. Il devra faire amende honorable pour regagner la confiance de ses amis.


« Il a été clearly outdoor sur ce coup-là. D’une rare stupidity des families ! » Nadège Pommerd n’en revient toujours pas. La jeune Rouennaise de 22 ans y réfléchira à deux fois avant d’inviter de nouveau son ami Joris Fonflecourt à partager un repas. « Il a complètement forgeté les rules des relationships », s’énerve l’étudiante en strategical deployment from the dark side of digital.

Pour comprendre la colère de Nadège, il faut revenir quelques heures en arrière ce vendredi, au domicile de la jeune femme. L’étudiante avait convié des amis à participer à un brunch “foodfit’cake of fun”. Arrivés vers 11 h 30, les quatre compères se sont rapidement installés à table avant de deviser joyeusement de la retraite à points. Invité à donner son avis sur le sujet, Joris, perdu dans ses pensées, se serait alors fendu d’un « quoi » en lieu et place du what attendu. Une sortie de piste qui n’a pas manqué de mettre le feu aux poudres.

« On ne peut pas say des things comme that »

Face au tollé suscité par cette intervention maladroite, Joris a tenté de se rattraper en lâchant un « sorry » bien placé. Une pirouette qui a eu le don d’agacer prodigieusement Nadège. « J’ai don’t accepté ses excuses et je lui ai jeté mon steak de chou-fleur in the head ». Les quatre amis n’ont pas pardonné à Joris d’avoir utilisé un mot tombé en désuétude. « On ne peut pas say des things comme that, affirme Nadège. C’est so 2007 ! »

Pour calmer le jeu, Joris a promis à ses amis de caser au moins 35 % d’anglicismes dans ses prochaines conversations. Un pas en avant qui pourrait faire passer la pilule, selon Nadège. « Il est peut-être back on earth. On va bien see ce que ça va giver. L’espoir fait live ! »

Publicités

Laisser un commentaire